Pas perdus

Biennale internationale du lin de Portneuf 2017, Passé inaperçu
Installation et projection HD vidéo 05:29 en boucle
Vieux Presbytère de Deschambault

Crédits photo : Anne Ardouin

01pasperduscréditAnne

02pasperduscréditAnne

05pasperdus

J’imagine tous les fils qui nous relient aux autres dans l’écologie du vivre ensemble. Habiter un territoire, le parcourir par des rencontres, des entretiens, écouter, observer, se promener, partager un repas ou cultiver son jardin, voilà autant de fils qui laissent peu de traces mais qui inscrivent profondément chaque individu dans un lieu et un temps donné.

Mon projet s’attèle aux itinéraires de tous les jours, à nos traversées à pied, banales et effectuées par le plus grand nombre, qui trament un chemin domestique dans l’enchevêtrement de nos relations aux êtres et aux choses.

L’œuvre développe une installation in situ composée de quatre membranes de géotextile découpées en forme de façades de maisons sur lesquelles sont esquissées des aires de vie familières. Dans ce projet, j’utilise le géotextile comme support pour enregistrer une graphie des déplacements mise en relief par des fils de lin tressés au tricotin. Vus comme un tout, les géotextiles symbolisent la rue principale d’un village, faisant référence au phénomène de décroissance des régions et au spectre des municipalités dévitalisées qui sédimente le présent de nombreuses communautés.

Une vidéo complète l’installation et traite du retrait progressif de toutes les traces d’une activité perçue dans le champ visuel.

04pasperduscréditAnne

——————————————————————————————————————————————————————————————————
ŒUVRES